lundi 3 mai 2010

...sens caché





"Chaque geste peut déplacer une étoile.
Cette certitude que tout,
aussi minime en apparence
et à chaque instant,
puisse être relié à la face cachée du monde,
transforme radicalement la vie.
Le brouillard de l'insignifiance est levé."

Christiane Singer






.

21 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cette citation et depuis quelques mois, je vérifie chaque jour, très concrètement, qu'elle est d'une vérité absolue...
    Rien, aucun geste, aucun mot, aucune pensée n'est insignifiant...car TOUT EST LIE.

    Tout est UN...
    (comme le grand cercle de ta photo le montre)

    RépondreSupprimer
  2. Mon œil perçant est de retour et je vois quelques ressemblance bizarre dans ce cercle mouillé. Le tampon de photoshop est de sortie et ça gâche un peu les détails. Mais tant que les autres ne le voit pas, c'est pas très grave.

    Reste la profondeur des mots et cette belle illustration.

    David

    RépondreSupprimer
  3. rrrrrrrrrrr....je ne peux m'en prendre qu'à moi-m^me! une vraie bourrique!
    c'est vrai que j'ai du tamponner à droite parce que c'était trop irrégulier!
    je vais faire mieux!...merci David qui m'énerve qd mm car il m'oblige à être plus précise mais c'est très bien! :-))

    RépondreSupprimer
  4. Les autres ne l'ont pas vu ;-)

    et j'étais en train de me creuser les méninges pour imaginer comment tracer ce cercle mouillé...

    RépondreSupprimer
  5. voilà...j'ai essayé de faire mieux...la prochaine fois je prendrais le temps de faire mieux sur la plage!!

    Sirène, c'est tout simple,tu ne pars pas sans ta trousse à maquillage avec ton pinceau à blush...enfin,je veux dire tes pinceaux,tes brosses,des petits et des gros ,un petit seau et ...tu mouilles à l'eau!!voilà!!c'est pas plus compliqué que ça! :-)g
    tu peux faire tous les dessins que tu veux ,durant le temps que l'air et le soleil te laissent! :-))

    RépondreSupprimer
  6. là justement j'ai mouillé avec de l'eau dans le creux de mes mains en essayant de ne pas mouiller tout autour...ceci explique donc cela! :-))

    RépondreSupprimer
  7. Il faudra que je teste !
    Dès que je pourrai de nouveau quitter le bitume pour les galets...

    RépondreSupprimer
  8. ça marche aussi sur le bitume,tu sais! :-))

    RépondreSupprimer
  9. Oui ! Je me disais d'ailleurs que je devrais m'adonner au Urban Art, avec des spirales en capsules de bouteilles et des cairns en mégots... Il y a un magnifique terrain vague près de chez moi fourmillant de trésors. Je n'ai plus qu'à me lancer ;-)

    En tous cas, merci pour le tuyau aquatique...
    J'en étais à mes tous premiers essais. La prochaine fois, j'essaierai d'être un tout petit peu plus organisée.

    RépondreSupprimer
  10. Essayez avec avec un petit sac en plastique, comme pour ramasser les crottes de chien, sauf que là, ce sera pour y mettre de l'eau ou d'autre matériaux transportable. Ensuite, il suffit de le secouer et de le remettre dans sa poche.

    David

    RépondreSupprimer
  11. Pour la photo, ça se voit beaucoup moins mais encore un petit peu. Il faut vraiment avoir le regard exercer et connaitre l'effet que peu produire le tampon pour déceler les doublons.

    C'est super dur à faire paraitre qu'il n'y a pas de montage avec des petits cailloux.

    David

    RépondreSupprimer
  12. J'ai vu l'autre jour à la télé un bref reportage où l'on voyait tout un tas de gens pratiquer tout un tas d'activités dans un grand parc de je ne sais plus quelle grande ville de Chine. Le même genre de spectacle que l'on peut voir chez nous ou aux Etats Unis, le même plaisir de jouer et de prendre l'air... mais profondément marqué par la culture Chinoise: du Taï chi bien sûr, mais aussi des jeux de raquettes bizarres, sortes de chisteras induisant des mouvements très chorégraphiques... et un père qui enseignant à son jeune fils la calligraphie avec un énorme pinceau et de l'eau... directement sur le sol d'asphalte... génial!
    J'aime beaucoup l'idée et l'image que tu as produite.
    Je ne suis pas un intégriste, mais dans ce cas précis, le recours à photoshop me dérange beaucoup, même si je n'y ai vu goûte, car il touche à ce qui constitue l'essence même de l'installation.
    Avec ton ordi, tu aurais pu réaliser une image parfaite sans même aller à la plage.
    Tu as la chance d'être sur place, je pense que ça vaut le coup de réessayer jusqu'à temps d'arriver au résultat in situ... pas pour nous, juste parce que je suis certain que tu apprendras et verras des tas de choses ainsi... comme on apprend des tas de choses sur l'équilibre et sur les pierres (et sur nous même, notre capacité de concentration et notre patience) en les empilants les unes sur les autres, même lorsqu'elle tombent.
    Ceci étant, dans ton cas l'image fonctionne avec le texte, ce qui relativise un peu l'importance de la façon dont est produite l'image... mais aussi l'impérieuse nécessité d'une image parfaite...
    Un beau sujet de réflexion pour toi sur ce qui est l'essence de ton travail...
    David est redoutable!

    RépondreSupprimer
  13. je te comprend Flo. je suis un peu comme toi et parfois je ne prend pas le temps de faire bien les choses et j'ai envie de retoucher après coup. mais je dois avouer que ma conscience me tord trop les boyaux et que je n'arrive pas à diffuser des photos retravaillées sauf quand le sujet porte vraiment là dessus. Je suis d'accord avec franck et David sur les points qu'ils ont abordé même si je te le redis : je comprend parfaitement ton réflex. l'image est trop belle et j'avoue que je n'avais pas vu le "truc" tout simplement parce que je ne l'ai pas cherché et que je ne pensais pas que tu le ferais. Et je pense que si david n'avais pas mis le doigt dessus ce serait passé comme une lettre à la poste. Et comme le dis Franck, le texte sert le propos. Mais j'avoue qu'un cercle parfait réalisé à la main, avec tout le labeur que cela demande aurait un réel impact. Allez on attend la suite et un beau cercle naturel. Ou un carré, ou ...

    RépondreSupprimer
  14. vous avez tous les trois raison!
    sans vouloir justifier mon geste pour atténuer l'effet faussaire...je viens à mon secours pour tenter une explication qui ne rendra en rien sa cohérence à mon geste mais qui vous donnera des indices supplémentaires sur mon tempérament et mes défauts.
    Vous m'avez défier et je vous prouverais sans aucune difficulté que je peux réaliser à la perfection des formes géométriques simples ou complexes...car quoique vous en pensiez ,c'est vraiment un jeu d'enfants! hélas,aujourd'hui,il pleut donc ;je vous ferai cette démonstration dès que le soleil me viendra en aide!
    Donc pourquoi, avoir montrer celle-là?
    Par impatience,oisiveté devant mon ordi qui ne me racontait pas grand chose et parce qu'en lisant Christiane Singer le matin m^me ce geste réalisé la veille sur la plage me paru comme une évidence pour illustrer plusieurs de ses propos...Hier ,il pleuvait encore...alors mon logiciel de retouche m'a paru tout à fait suffisant!
    ça c'est la première raison!
    la deuxième, c'est que naturellement ,je suis parfois un peu filou...à la base j'étais maquilleuse dans le cinema, théatre et mode...un peu voleuse aussi...et certainement menteuse...mais de celle qui efface toute seule leur méfait et le nie avec innocence ou pire le reconnaisse avec malice...une sorte d'honnête cambrioleuse...ça ,je ne sais pas d'où ça me vient! méfiez vous...
    Mais la troisième, c'est que je ne prends pas le temps ni le soin d'effacer mes empreintes .Je contrefais grossièrement avec le tampon de retouche en 2 seconde sans vérification,en pensant que personne ne cliquera sur l'agrandissement...et je me fais attraper quasi à chaque fois!!surtout avec inspecteur David qui mène l'enquête!!
    La quatrième c'est que j'ai ,à tord certainement,tendance à ne pas traiter les images de mon blog avec le m^me soin que je le ferai si je devais exposer ce travail sur des murs bien réels!
    A force de considérer cet outil comme un lieu d'expérimentation, je finis par être un peu plus désinvolte qu'à l'habitude!
    ce n'est pas par manque de respect pour mes visiteurs, bien au contraire, mais internet est tellement utilisé pour sa vitesse et sa diversité que je doute tjs qu'on puisse s'appesantir sur des détails de mes images!
    Donc encore ,merci pour votre tolérance et votre intérêt pour le travail bien fait .
    J'ai pensé devoir m'excuser auprès de Ch. Singer mais finalement "un simple geste peut déplacer une étoile" sauf que la démonstration n'était pas là où on l'attendait!
    :-))

    RépondreSupprimer
  15. Pas facile de s'assumer en tant qu'artiste dans une société où il faut avant tout avoir "un vrai métier"...
    J'ai une copine sculpteur qui a exactement le même parcours que toi... elle est bien plus épanouie maintenant que quand elle était maquilleuse.
    D'autres sont devenu architectes... et le sont encore.

    Pour en revenir au "simple geste" qui a éclipsé le sujet de départ, on peut se poser la question dans l'autre sens:
    Quel est l'intérêt de s'appliquer à faire un cercle parfait in situ si on s'autorise la retouche?
    Plus besoin d'invoquer l'éthique, la morale ou l'honnêteté...
    Si tu tires sur ce fil tu vas voir tout le pull-over se détricoter.

    Ce "simple geste" condense toute la question du rapport entre l'image et la réalité physique.
    La réalité est toujours imparfaite... mais uniquement au regard de l'idée qu'on s'en fait.
    Les hyper-réalistes avec leurs aérographes, avant même que l'on produise des images de synthèse avec les ordi, ont assumé et même exploité cette "supériorité" de l'image sur le réel, c'est là tout l'intérêt de leur démarche d'ailleurs... la perfection est un fantasme!
    A l'inverse, pour rendre réalistes les images de synthèses parfaitement calculées par les machines, il faut justement rajouter des imperfections à la palette graphique... marrant non?

    Le parallèle avec le maquillage et la retouche des images de mode est intéressant également parce que la recherche de la perfection, qui est en fait l'identification à un modèle considéré comme parfait, n'est qu'une forme très dirigiste de conformisme.
    Ton rond n'était-il pas assez rond pour qu'on comprenne qu'il s'agissait d'un rond, ou craignais-tu qu'on te prenne pour une nullos même pas capable de faire un rond bien rond?

    On pourrait peut-être faire un concours de ronds?... et un concours de plouf!

    RépondreSupprimer
  16. Mon rond n'était pas comme j'avais moi envie qu'il soit...pour qu'il convienne,il aurait fallu que je recommence et je savais très bien que je pouvais refaire à l'envie cette expérience...et la parfaire jusqu'à un résultat qui me convienne et ne nécessite aucune retouche, c'est évident...mais dans l'instant,et dans l'impatience,j'ai utilisé ce que j'avais sous la main...c'est un peu ma façon de faire en général et pour tout...quand j'ai une intention,je vais pour y arriver m'accommoder de n'importe quel substitut si je n'ai pas sous la main l'outil ou la matière idéale...ça vaut pour ma façon de m'habiller,d'attacher mes cheveux,de décorer ma maison, de faire à manger,de réaliser un tableau,de me servir d'appareils que je ne maitrise pas forcement,que ce soit des outils de coupe ou des outils informatiques...bref impatience,négligence,astuce au service de l'envie où de la necéssité!...un caractère un peu enfantin , j'en conviens et quelque fois physiquement dangereux et mentalement compromettant!
    Mais en m^me temps ça me sauve...il faut qd mm imaginer que j'habite à une heure de bastia et que si à chaque fois qu'il me manque qq chose,je ne fais pas ce que je voulais faire ou je me fais un aller-retour ...je te laisse imaginer l'embarras permanent et le renoncement quasi certain!!

    Je suis d'accord et serais la première à m'élever contre ce genre pratique autorisant la retouche...c'est un non sens dans le domaine du l'art éphémère et de l'art dans la nature...donc je suis un peu ds le "faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais!"...

    Mais vraiment, dans le fond je crois que c'est la confusion qu'entraine l'outil internet qui favorise chez moi un certain manque de considération pour les images et mon manque de précision bien plus que mon tempérament.
    Je pense qu'il faut que je travaille aussi la-dessus!

    On pourrait effectivement se relier les uns aux autres avec une histoire de ronds et de ploufs que l'on disséminerait un peu partout sur les plages,les trottoirs, les montagnes et les forêts...:-))

    RépondreSupprimer
  17. Je rejoins ton idée Flo, que blog est un lieu d'expérimentation, comme un carnet de brouillon que l'on partage. Cela n'empêche pas de réaliser des projets plus aboutis, pour une expo, une publication... Après tout, les historiens de l'art sont bien contents d'avoir croquis, repentirs et autres traces du travail des artistes à se mettre sous la dent pour comprendre leur démarche, l'élaboration d'une œuvre...

    RépondreSupprimer
  18. Tout à fait d'accord avec Sirène, à ceci près que le blog est tout à la fois salle à manger, cuisine et arrière cuisine, et l'image numérique étant le support identique des "matières premières", des essais et des oeuvres abouties il devient difficile, voir impossible de les différencier. Une sorte de "work in progess" permanent et continu.
    Mais est-il vraiment indispensable de pouvoir distinguer "l'oeuvre" au sein du processus?
    Il n'y a sans doute pas de réponse absolue à cette question, à chacun de voir. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il ne soit pas fondamentale de se la poser.
    Cela nous ramène à Duchamps et à "ceci est une oeuvre d'art".
    A bien des égards, et d'une manière générale, le blog est un moyen d'envoyer des "bouteilles à la mer", on soumet tout et parfois n'importe quoi à la terre entière et au hasard qui font leur tri... bien plus rapidement que ne le fait "l'Histoire"... mais selon quels critères?
    L'artiste est-il celui qui revendique "ceci est une oeuvre d'art", qu'il en soit le producteur ou non?
    J'ai un copain photographe pro, formé à l'argentique... il passe des heure à préparer ses prises de vue et shoot 3 fois, alors que moi, avec mes incertitudes et mon appareil dont le viseur ne me donne qu'un pale reflet de ce que sera l'image, je shoote 50 fois et je trie après, parfois même pas, je cadre large pour ne rien perdre et je resserre ensuite sur l'ordi.
    Le numérique nous affranchi des contraintes des supports matériels qui marquaient en général le passage d'une étape à une autre, au point que la notion même d'étape perd peut-être de son sens.
    Au delà même des préoccupations qui nous intéressent directement ici, il me semble que c'est une tendance lourde et générale dans bien des aspects de l'évolution de nos sociétés.
    A mon sens, ce n'est pas pour rien si face à cette dilution dans un continuum qui peut être déstabilisante on constate une recrudescences des cérémonies, fêtes, rites de passage qui étaient tombés en désuétude.
    Nous avons changé d'ère, et ces petits rien nous en donnent la mesure... cela mérite que l'on y réfléchisse.

    RépondreSupprimer
  19. c'est l'effet papillon...

    http://fabulo.blogspot.com/2010/05/battement-dailes.html

    RépondreSupprimer
  20. que de discours pour un tampon, un rond de cailloux, une photo retouchée...Vu d'ici, faire simple c'est être simple, donner juste ce que l'on a voulu donner...Le reste est bavardage...

    RépondreSupprimer
  21. bala,bla,bla...j'aime bien aussi les bla,bla,bla...:-)

    RépondreSupprimer