vendredi 4 juin 2010

...les volets clos



"Le bonheur est à l'écart,
fait de huis clos,
de volets tirés,
d'oubli des autres,
de murailles infranchissables."


Eric-Emmanuel Schmitt                       





           

15 commentaires:

  1. J'adore les motifs de fenêtres ! Et beaucoup cette interprétation très graphique, presque abstraite.

    RépondreSupprimer
  2. Ca me rappelle une chanson:

    "Fermons la fenêtre
    Et laissons les volets clos..."

    Bonne sieste !

    RépondreSupprimer
  3. J'adore la dernière photo par son côté très graphique.

    David

    RépondreSupprimer
  4. je vous en rajoute une dernière que j'avais oublié...

    RépondreSupprimer
  5. oui, très graphique. ça donne des envies de grasse mat!
    texture de mer, texture de volets...

    RépondreSupprimer
  6. ça sent surtout l'été! les volets à clairevoie sont incontournables dans le sud pour profiter de l'ensoleillement sans crever de chaud et être aveuglé par la lumière... Ils évoquent pour moi le printemps...je commence à les fermer de temps en temps parce qu'il fait trop chaud ou parce qu'il y a tellement de soleil dans les pièces que l'on ne peut plus regarder un écran...c'est comme les hirondelles le premier signe de l'été...l'été ,on les ferme vers midi et on les ouvre tard le soir pour conserver le maximum de fraicheur...comme je suis face à la mer, je reçois l'air marin,et quand la chaleur atteint son paroxysme ,je fixe des voiles humides sur les montants pour combiner l'air et l'eau...donc pour répondre à ta question qui semblait me demander si je me convertissais à la photo...eh bien pas plus qu'avant...c'est juste une autre manière de parler de mon environnement et de ma façon d'y vivre :-)

    RépondreSupprimer
  7. Chez moi, c'est plutôt les volets complétement clos durant tout l'été, ce qui donne 20° d'écart entre l'intérieur et l'extérieur. C'est ça aussi de vivre au sud.

    David

    RépondreSupprimer
  8. " Ne ferme pas....les volets " =)

    Très belles photos !

    RépondreSupprimer
  9. Comme je ne reste pas l'intérieur, ça n'a pas beaucoup d'incidence juste quand tu rentres dans la fraicheur d'un intérieur obscurcit.

    David

    RépondreSupprimer
  10. Oula! "juste quand je rentre" au lieu de "juste quand tu rentres".

    David

    RépondreSupprimer
  11. et ça fait sacrément du bien...... ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Superbe série graphique ajourée de jolis mots

    RépondreSupprimer