vendredi 11 février 2011

...mise au point











entre intuition et raison
entre naturel et artificiel
entre perception et transmission
entre impression et connaissance
entre rêve et conscience
entre féminin et masculin...


un point
une goutte
un grain de lumière
vivant comme une étoile





.Contrat Creative Commons

17 commentaires:

  1. Magnifique !
    J'adore ce que tu fais en ce moment... ce qui ne veut pas dire que je n'aimais pas avant ;)
    s.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup l'effet de surprise final !
    J'ai d'abord cru à des traces laissées sur le sable par la mer...

    RépondreSupprimer
  3. c'est ta remarque qui me surprend sirène! :-))

    RépondreSupprimer
  4. Moi non plus, je n'avais pas compris au début comment tu avais produit ces effets - jusqu'à voir la dernière photo. Bravo!
    (... mon Dieux, comme la mer est belle en ce moment, un lac!)

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup les images et je suis très sensible au texte qui les accompagne.
    J'irais même jusqu'à dire que ce n'est pas "entre", mais à la fois l'un et l'autre poussés à leur paroxysme.

    RépondreSupprimer
  6. anonyme Uschi (enfin je crois :-))...comme j'ai publié différentes images avec ces expérimentations sur le reflet des miroirs,je pensais que c'était évident pour tout le monde à présent...j'avais même peur de lasser! vous me rassurez donc, toi et sirène! :-)

    Franck,suis d'accord avec toi...mm si mon "entre" réunissait aussi les deux en un point...
    j'espère que ton silence laisse augurer que tu fais en ce moment la part belle à ta créativité par la mise en oeuvre ...à moins que tu ne sois submergé de travail:ce que je te souhaite aussi, d'une certaine manière...où encore,à moins que tu ne trouves plus matière à dire... :-)

    RépondreSupprimer
  7. Oui, bien sûr, on sait que ce sont des reflets de miroirs - mais sur la première photo on voit ce miroir rond avec les reflets autour et on se dit "mais comment c'est possible ...!?"
    Pareil pour ce petit bonhomme dansant l'autre jour.

    Oui, c'est moi, Flo (pour des problèmes de technique je suis devenue anonyme).
    D'ailleurs cela m'amuse de te voir descendre à la mer munie d'un petit sac plein de miroirs différents pour aller jouer!
    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  8. Uschi...c'était lundi! merveilleuse journée...j'ai fini les jambes dans l'eau pour prendre mes photos...:-)

    RépondreSupprimer
  9. Ces séries me passionnent.
    Je les savoure et en même temps j'imagine ce que tu pourrais en faire. La lumière orientée offre des dizaines de possibilités. Et nous avons sous les yeux un work in progress passionnant. On se laisse porter et on avance avec toi.
    Et j'attend ce moment ou tu passeras de l'autre côté du miroir.

    RépondreSupprimer
  10. merci Manu
    même si je crois ce jeu à la portée de tous...je l'explore dans un certain contexte et y développe un imaginaire lié aussi à l'univers plus particulier du bord de mer...
    savoir si c'est le rapport de la mer au ciel,àla mumière qui m'a amené au miroir ou si c'est le miroir qui me rapproche de cette relation,me fait rentrer dans son intimité...quel est le langage commun?...je ne sais pas!
    le miroir est à la fois acteur ,createur,reflecteur,traducteur,sujet, instrument,et renvoie aux sujets qu'il réflechit...c'est étonnant...
    et si tu imagines ce que je pourrais en faire,imagine aussi ce que toi tu pourrais en faire!
    Le miroir comme une technique est à la portée de tous et chacun selon sa sensibilité et l'environnement qu'il explore peut créer et ouvrir des voix lumineuses je crois!
    Quant à passer de l'autre côté, c'est bien mon intention!! :-))

    RépondreSupprimer
  11. Mon (relatif) mutisme tient essentiellement au fait que je vois exprimé dans ces travaux, à peu près tous les thèmes sur lesquels nous avons l'habitude d'échanger, et qu'il ne me semble pas utile d'en rajouter.
    Il s'en dégage une sorte d'évidence liée au fait que la façon dont tu exploite ce procédé tout simple, à la porté de tous et qui ne nécessite pas de dextérité particulière est profondément nourrit par toute ton expérience.
    C'est une belle leçon pour nous tous qui en plus communique l'envie de faire...
    Comme Manu, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce que je ferais si j'étais à ta place... je fais tout le temps ça, même avec les travaux de Goldsworthy et consorts... je me réapproprie l'oeuvre et ressent ainsi intimement ce que j'ai en commun avec son auteur et ce qui m'en distingue.
    Mais ça c'est une autre histoire...
    Les oeuvres sont faites pour être digérées et servir de compost pour fertiliser le cycle de la création.

    RépondreSupprimer
  12. me voilà rassurée...tu digères donc...et après,tu fais la sieste? :-)

    RépondreSupprimer